Bélisaire MOREAU

dit "Le Lévrier" (1834-1909)

Le Lévrier, dont Gaston CHÉREAU ne donne que le prénom, Bélisaire, était Bélisaire MOREAU, vieux célibataire original et sujet peu recommandable. C'est un vieux noceur, disait CHERAU de ce lévrier, qui a jadis abusé de sa vie.

Ses excès ont laissé, entre autres souvenirs, une maigreur telle qu'on peut sans le toucher compter les cotes qui forment sa carcasse, à chacun de ses mouvements, elles font ondoyer la peau ; il y en a même deux qui menacent de la trouer.

Le médailon qui orne la facade de la maison de Bélisaire Moreau

Bélisaire MOREAU, célèbre dans la ville par ses excentricités, habitait, dans le seconde moitié du xixe siècle, une petite maison qui existe toujours au 4 impasse de l'Espérance, impasse située à côté du café et cinéma Les Arts, aujourd’hui devenu le restaurant Nagdalena. Sur la façade on peut toujours distinguer, inclus dans la maçonnerie, un médaillon du genre de ceux qui ornent la façade de l’hôtel Balisy et une pierre sculptée sur laquelle on peut lire à droite les mots "BEL-MOR" qui ne sont autres que les premières syllabes de Bélisaire MOREAU. Dans cet antre discret et retiré, il recevait joyeux compagnons et joyeuses compagnes.

BEL-MOR fut journaliste à la Sèvre, Journal de Saint-Maixent. Politique, littéraire et d'annonces. Paraissant le mercredi et le samedi entre 1872 et 1882. Le responsable en était F.L. LEVESQUE dit RATAPOIL, membre du Club de l’Espérance et des Turbulents. L’imprimeur était Ch. REVERSE, à l’hôtel Chauray. Parmi les autres journalistes, on peut citer : Victor BRIAULT (récits et voyages), TILLE médecin à Augé, ou Adolphe CAILLE d'Exoudun.

Œuvres connues

Mon étrenne à l'auteur d'une épître anonyme "ex Averno". Fiction, Saint-Maixent : impr. de C. Reversé (1866), In-8°, 2 p.

À mes amis. Quelques feuillets, Saint-Maixent : impr. de C. Reversé (1867), In-12, 37p.

Le Grilloux, opéra-comique en 1 acte. Paroles de Bélisaire Moreau, musique de Ludovic GUETTE. [Théâtre de Poitiers, 23 juin 1868], Saint-Maixent : impr. de C. Reversé (1870), In-16, 56p.

À la santé du Baron, opérette en 1 acte. Paroles de B. MOREAU, musique de Ludovic GUETTE, [Théâtre de Poitiers, 4 janvier 1870], Saint-Maixent : impr. de C. Reversé (1870), In-16, 63 p. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5832496n?rk=21459;2

On trouve aussi des mélodies, des chansons sur des musiques de L. GUETTE (Les Fleurs, Tristezza, La Guitare d'Arlequin, etc.)

Sources

Gaston CHÉRAU (à compléter par le titre de l’œuvre)

SAINT-MAIXENT dans la vie et dans l’œuvre de Gaston CHERAU, Conférence par Jacques FOUCHIER à la Société Historique et Archéologique du Val de Sèvre le 20/12/1981.

BnF, catalogue général, en ligne. (Auteurs : Œuvres de B. Moreau ; périodiques : journal La Sèvre).

Archives départementales des Deux-Sèvres :

  • 2 MI 1053 – Actes de naissance 1832-1835
  • 4E 277/47 – Actes de décès 1903-1912
  • 2 MI 1509 – Actes de décès 1883-1892