Les officiers commandants des écoles militaires de Saint-Maixent

de 1881 à nos jours

Cet article n’a pas pour vocation de retracer l’histoire des écoles militaires de la ville de Saint-Maixent, mais de lister les commandants des écoles successives, en notant les faits marquants, en particulier les dates de création ou de fermeture de ces diverses écoles. Pour une histoire de l’école, nous invitons le lecteur à se reporter à l’ouvrage de Jacques FOUCHIER : Saint-Maixent… l’École, qui nous a servi de base pour l’écriture de cette page et qui contient une riche bibliographie sur l’histoire du château et des écoles militaires de la ville.

École militaire d'infanterie de Saint-Maixent

En 1880, le Ministère de la Guerre prend possession du château de Saint-Maixent.

L’école militaire d’infanterie ouvre en février 1881. Le château est démoli, mais les nouveaux bâtiments ne sont pas encore terminés.

Commandants

Lieutenant-Colonel LEBRUN de février 1881 à décembre 1884
Lieutenant-Colonel MARCHAND de décembre 1884 à mars 1888
Lieutenant-Colonel TOURNIER de mars 1888 à mars 1891
Lieutenant-Colonel LACOSTE de mars 1891 à mars 1894
Lieutenant-Colonel ROBIQUET de mars 1894 à janvier 1898
Lieutenant-Colonel RODEL de janvier 1898 à février 1901
Lieutenant-Colonel SARRAIL de février 1901 à février 1904
Lieutenant-Colonel SOURD de février 1904 à mars 1907
Lieutenant-Colonel LAVISSE de mars 1907 à janvier 1911
Lieutenant-Colonel AIME de janvier 1911 à mai 1913
Lieutenant-Colonel NELTNER de mai 1913 à août 1914

Hôpital n°10

Dès le début du conflit, en 1914, un hôpital temporaire fut aménagé dans les locaux devenus disponibles. Plus de 500 blessés y furent accueillis. Au début de 1915, en raison de l’accroissement du nombre de blessés, les hôpitaux militaires furent réorganisés. On ferma l’hôpital n°10, celui de Saint-Maixent, pour y créer un centre d’instruction destiné à la formation des chefs de section. Deux autres centres furent créés, à Joinville et à Saint-Cyr.

Centre d’instruction des élèves-aspirants (C.I.E.A.)

Le premier cours pour élèves-aspirants commença en avril 1915 dans les bâtiments de l’école. Jusqu’à 900 élèves furent accueillis en même temps, ce qui ne manqua pas de poser des problèmes matériels. Il s’agissait de mobilisés âgés qui étaient dans le civil enseignants, prêtres, ou exerçaient des professions libérales, ou de jeunes qui avaient fait preuve, après quinze mois de service dont cinq dans une unité combattante, de leur aptitude au commandement.

C’est alors que se déroulait le septième cours, entre novembre 1917 et avril 1918 qu’arrivèrent à Saint-Maixent les premiers soldats américains ainsi que des élèves tchécoslovaques.

Le C.E.I.A. cessa son activité dès l’armistice.

Le Centre d'instruction des cadres (C.I.C.)

Cette structure éphémère ouvrit ses portes le 21 janvier 1919. Les stagiaires étaient des anciens prisonniers de guerre. Leur instruction était destinée à les informer sur l’évolution de l’armement et des tactiques militaires depuis le début de leur captivité.

On notera que parmi eux se trouvait le capitaine Charles de Gaulle, du 33ème R.I. Il écrivait alors à sa famille : Saint-Maixent est un trou où il n’y a rien à faire absolument que rentrer chez soi aussitôt le service terminé.

Le C.I.C.  ferma le 15 mars.

Commandant

Colonel AUGIER, du 21 janvier 1919 au 15 mars 1919.

Centre de préparation à Saint-Cyr

Ce centre a été créé pour permettre aux officiers et hommes de troupe qui n’avaient pas pu se présenter à Saint-Cyr de 1915 à 1919 de préparer le concours de Saint-Cyr.

Le commandement en fût confié au colonel BORIE. Il reçut en arrivant le titre de commandant de l’École militaire d’infanterie. La dernière série de candidats quitta la ville le 25 septembre 1919.

Le colonel BORIE prépara alors la réouverture de l’établissement pour y accueillir de nouvelles générations d’élèves officiers.

Commandant

Colonel BORIE, d’avril à septembre 1919.

École militaire de l’infanterie et des chars de combat

Elle ouvre le 3 novembre 1919 avec la 35ème promotion. Elle était constituée des 178 survivants rescapés parmi les 432 aspirants admissibles après l’écrit du concours et qui avaient été aussitôt envoyés dans des unités combattantes. Elle fût nommée Alsace-Lorraine à la demande du général et futur maréchal FOCH.

Commandants

Colonel puis Général1 (en 1923) BORIE d'avril 1919 à juillet 1925
Général RONDENAY de juillet 1925 à septembre 1927
Général ANDREA de septembre 1927 à juillet 1930
Colonel puis Général (en 1931) MICHELIN de juillet 1930 à octobre 1935
Colonel puis Général (en 1937) HASSLER de octobre 1935 à septembre 1939
Lieutenant-Colonel ROLIN de septembre 1939 à novembre 1939
Colonel BESNIER de novembre 1939 à juillet 1940

[1] Promu général en 1923, il fut le premier officier général à commander l’école.

Le début de la guerre et l’occupation

Les élèves de la dernière promotion (55ème promotion Maginot, 1939-1941) reçoivent après seulement 3 mois de formation, leur galon de sous-lieutenant et sont répartis dans divers dépôts pour y former les réserves.

Restaient à Saint-Maixent les services et les élèves officiers de réserve. Après l’évacuation de l’école, ceux-ci se sont illustrés, avec les Cadets de Saumur, sur la ligne de défense de cette ville.

Une dernière promotion, la 56ème, se déroula à Aix-en-Provence.

L’école est occupée à partir de juin 1940.

Au lendemain de la Libération, l’École militaire d’infanterie et des chars de combat se fondit dans l’École militaire interarmes, implantée à Coëtquidan.

École des cadres d’infanterie de la IXe région militaire

La ville fût libérée le 8 septembre 1944. Dès le mois d’octobre 1944, les bâtiments de l’ancienne école militaire vont accueillir des officiers et sous-officiers, issus des FFI, pour y suivre un stage de perfectionnement. Cette mission se poursuivit jusqu’à la création, le 15 octobre 1945, de l’École militaire des sous-officiers d’infanterie.

Commandants

Colonel RIVAUD, en 1944
Lieutenant-Colonel JOLY, en 1945

École des sous-officiers d’infanterie

Cette structure a été créée le 15 octobre 1945. Un vaste programme de rénovation des locaux va voir le jour et le champ de manœuvres du Panier-Fleuri est transformé en un grand stade.

Mais avant même d’avoir fonctionné, cette école laissa la place, en mars 1946, à l’École des cadres de Saint-Maixent.

Colonel de FORNEL, du 15 octobre 1945 à mars 1946.

École des cadres de Saint-Maixent

En mars 1946, le général de LATTRE de TASSIGNY, inspecteur général de l’armée de terre décida la création de cette école, destinée à accueillir chaque année deux mille stagiaires de toutes armes et de tous grades, pour y recevoir une formation sportive et militaire intensive.

Commandant

Colonel GAMBIEZ, de mars 1946 à août 1948.

École de sous-officiers

Au milieu de l’année 1948, un nouveau changement intervient, l’école des cadres devenant école de sous-officiers.

Commandants

Colonel GAMBIEZ, de avril 1946 à août 1948
Colonel GANDOËT, de août 1948 à avril 1951

L’école d'application de l'Infanterie

Cette école avait été créée en 1945 au camp d’Auvours, puis transportée à Coëtquidan avant de rejoindre Saint-Maixent en octobre 1951. Elle a pour mission de donner une formation d’arme à de jeunes officiers du grade de lieutenant ou de sous-lieutenant, tout en poursuivant l’instruction des EOR et des ESOA. Elle était installée au quartier Canclaux (ancienne abbaye).

Commandants

Colonel GANDOËT d’avril 1951 à avril 1954
Colonel puis Général (en juillet 1954) FAURE, d’avril 1954 à octobre 1956
Colonel puis Général (en 1958) ALIX d’octobre 1956 à janvier 1959
Général CRAPLET de janvier 1959 à octobre 1960
Général de brigade, puis de division COSTE d’octobre 1960 à juillet 1964

Ce dernier assura également à partir de 1963 le commandement de l’École nationale des sous-officiers d’active (ENSOA).

École d'application de l'Infanterie et École nationale des sous-officiers d’active

L'École nationale des sous-officiers d'active est créée le 1er septembre 1963. Les premiers élèves commencent les cours le 4 novembre. L'École d'application de l'Infanterie reste encore à Saint-Maixent jusqu'au mois d'août 1967, date à laquelle elle prend possession de ses nouvelles installations à Montpellier.

Commandant

Général USUREAU, de juillet 1964 à juillet 1967

École nationale des sous-officiers d’active

L'École nationale des sous-officiers d’active a maintenant pris place depuis quatre ans dans le quartier Coiffé lorsque l'EAI quitte Saint-Maixent.

Commandants

Colonel puis Général (en 1968) TREGUIER de juillet 1967 à mars 1968
Colonel puis Général (en novembre 1968) GIRARDON de mars 1968 à juillet 1972
Colonel puis Général (en 1973) BOONE d’août 1972 à juillet 1975
Colonel puis Général (en 1976) LEMAIRE de juillet 1975 à septembre 1978
Colonel puis Général (en novembre 1978) HOUDET de septembre 1978 à juillet 1981
Général de brigade, puis de division DELBOS de juillet 1981 à juillet 1984
Général de brigade, puis de division DOUCERET de juillet 1984 à décembre 1987
Général de brigade COTTEREAU du 1er janvier 1988 à 1993
Général COURSIER de 1993 à 1995
Général MIGNOT de 1995 à 1997
Général MANIFICAT de 1997 à 2003
Général STOUF de 2003 à 2005
Général SUBLET de 2005 à 2008
Général GODARD de 2008 à 2011
Général PECCHIOLI de 2011 à 2012
Général LEGRAND de 2012 à 2013
Général THUET de 2013 à 2014
Général PAULET de 2014 à 2015
Général ROCHET de 2015 à ce jour