Les monuments existants

La porte Chalon

Saint-Maixent. — Porte Châlons

Saint-Maixent. — Porte Chalon

Date : avant 1904 (dos de la carte non divisé)

Éditeur : H. Guy

Imprimeur : Phototypie A. Breger Frères, Paris

La porte Chalon fortifiée originelle, partie des remparts de la ville, fut rasée au xviiie siècle. Elle fut alors remplacée par une porte en arc, flanquée de deux pavillons carrés surmontés d'une balustrade masquant le toit.

On remarque la présence de nombreuses publicités (on dit réclames à cette époque) collées sur les murs, au-dessus des avis (maisons ou terrains à vendre, enchères...).

De nos jours, les deux pavillons sont utilisés pour loger des services. Celui de droite, en regardant depuis l'avenue, porte le nom d'Yves SAURAIS (1927-1989), docteur vétérinaire. Il est occupé par l'Office de tourisme.

La porte sud de l'abbaye

SAINT-MAIXENT – La Porte de la Caserne Canclaux

SAINT-MAIXENT – La Porte de la Caserne Canclaux

Éditeur : H. Guy

Date : 22 février 1916 (date de la correspondance)

Le porche classé, connu sous le nom de porte Canclaux, ouvre la cour de l'abbaye sur la rue des Grandes-Boucheries, aujourd'hui appelée rue du 114e Régiment d'infanterie.

Sous la corniche, dans le cartouche central, la date de 1660 correspond à celle de la reconstruction de l'abbaye.

Au dessus de l'arc, 3 blasons représentent, à gauche les armes des bénédictins, à une fleur de lys, à droite celles de l'abbaye, à une fleur de lys, et au centre, celles du royaume de France, à trois fleurs de lys.

 

 

L'hôtel Chauray


Saint-Maixent — La Poste

Saint-Maixent — La Poste

Editeur : Imp.-Phot. A. Thiriat et H. Basuyau, Toulouse

Date : vers 1935

L’hôtel Chauray est un hôtel particulier du xvie siècle. Construit en 1531 pour Pierre PAEN, seigneur de Chauray, il est une partie du vaste domaine de Chauray, qui s’étendait de la rue Châlon jusqu’à la rue de l’Audience. Il fut acheté par la ville de Saint-Maixent l’École en 1921. A partir de cette date, et jusqu’en 1961, il fut occupé par l’administration des Postes, Télégraphes et Téléphones, comme on le voit au-dessus de la porte d’une construction récente aujourd’hui disparue, de même que le mât duquel partaient les lignes téléphoniques. A l’origine le bâtiment central était flanqué de deux demi-tourelles dont il ne subsiste qu’une seule.

De nos jours, les archives municipales occupent le premier étage, tandis que le rez-de-chaussée accueille des expositions temporaires.

Une page du site sera ultérieurement consacrée à l’hôtel Chauray dans la rubrique « Histoire ».