Les monuments religieux

Le voyageur arrivant à Saint-Maixent l'École ne manquera pas de voir l'église abbatiale dont la masse imposante et la flèche de pierre attirent le regard. Après la visite de l'église et de l'abbaye, il découvrira la crypte Saint-Léger, puis le Temple. Poursuivant son chemin, il ira admirer la petite chapelle gothique Notre-Dame de Grâce.

Depuis un siècle, ces monuments religieux ont peu changé d'aspect, ainsi que l'on peut le voir avec ces cartes postales anciennes.

La iglesia abacial

a continuación

La crypte Saint-Léger

St MAIXENT (D.-S.). — Crypte de Saint-Léger époque mérovingienne découverte en 1874

Crypte de Saint-Léger époque mérovingienne découverte en 1874

Editeur : Furbault

Photographe : Furbault

Date : Vers 1910

La crypte construite au VIIe / VIIIe siècle est parfaitement conservée. C'est l'une des plus anciennes de France. Longtemps oubliée, elle a été redécouverte en 1875 par M. Alfred RICHARD, archiviste de la Vienne, et classée Monument historique en 1879.

Elle fut construite pour recueillir les restes de Saint Léger, abbé de Saint-Maixent entre 656 et 662.

Au bas d’un escalier, elle comporte deux couloirs parallèles qui débouchent sur une grande salle rectangulaire de 6 mètres sur 14 mètres et de 3 mètres de haut. Cette salle est séparée en deux par une rangée de trois puissants piliers d'où partent des arcs doubleaux du XIIe et XIIIe siècles.

Dans l'abside à droite et également sous la voûte, il reste quelques vestiges de peinture : feuillages et fruits, un évêque et un abbé bénissant et un aigle noir.

En plus de son passé historique, elle présente une curiosité : la présence de plusieurs graffitis de soldats américains, avec leurs noms et des adresses écrits ou gravés. Un contingent de 3000 soldats américains a séjourné à Saint-Maixent à partir de la fin 1917.

Le temple

à venir

Notre-Dame de Grâce

St-MAIXENT. - Chapelle de Grâce (XVe siècle)

St-MAIXENT. - Chapelle de Grâce (XVe siècle)

Éditeur : E. Blanchon

Date : 24 septembre 1914 (date de la Poste)

Cette chapelle consacrée à la Vierge Marie a été édifiée vers 1460 en ex-voto par les premiers échevins de la ville en commémoration de l'octroi par Charles VII des droits de corps, collège et communauté de ville.

La carte éditée par E. Blanchon vers 1910 représente la façade flamboyante très ouvragée de la Chapelle. L'intérieur, très sobre comporte une seule travée à voûte d'ogive.

Par rapport à cette photographie, le monument n'a pas changé aujourd'hui.